Hall of Mirrors

Reflections are both real and false. Reflections derive from reality but transmit it in altered form. No inspection of the reflection alone can reveal the original reality. Destroying the reflection has no impact on the reflection’s source.

Algerian reflections:

Aujourd’hui, le préfet Rémy Pautrat ne se souvient pas avoir rencontré Nicole Chevillard. Il l’a affirmé devant la Cour d’assises spéciale qui rejugeait Rachid Ramda le 23 septembre dernier avant de le réitérer fort sèchement à la journaliste dans les couloirs du palais de justice. Mais ce n’est pas tout à fait ce qu’il avait dit à Bakchich qui l’avait contacté en 2007 sur le même sujet. A propos de la rencontre avec Nicole Chevillard et du financement de l’étude de la DST, Rémy Pautrat avait effectivement indiqué ne pas se rappeler s’il avait ou non rencontré la journaliste même s’il était tout à fait plausible qu’il l’ait aidée à l’époque à la demande de la DST. « De tels modes de financement sont classiques » avait-t-il même précisé au sujet de son complément d’étude.

Au sujet des dires du général Lamari, le préfet Pautrat a en revanche indiqué à Bakchich ne pas avoir recueilli ses confessions en personne. Mais il a raconté que l’un des principaux patrons de la DST, Raymond Nart, avait, lui, bien rencontré le général Smaïn Lamari. Et que ce dernier lui aurait expliqué que lors d’une embuscade, les forces spéciales algériennes avaient arrêté un groupe du GIA. Avec la délicatesse qui caractérise la sécurité militaire algérienne, ils avaient exécuté l’ensemble du commando. « A l’exception de Djamel Zitouni, le futur émir du GIA. Celui-là, avait confié Smaïn Lamari, on l’avait bien en main ». Raymont Nart n’a pas, à ce jour, confirmé ces informations.

Si les vantardises du général Lamari ne relèvent pas de la légende urbaine, il va sans dire que la question du rôle des services secrets algériens dans les attentats de Paris, l’affaire des moines de Tibhirine et de la prise en otage de l’Airbus d’Air France en 1994 se pose alors très sérieusement : tous ont été revendiqués par Djamel Zitouni. [Bakchich 10/14/09.]

 

Italian reflections:

The Moro Commission raised the issue of P2’s role during the Moro kidnap [sic] in its majority report. It highlighted he presence of lodge members at the head of the security services and the fact that the organization represented political and material interests that would have been severely threatened if Moro’s policy of accommodation with the PCI had been implemented….failures and omissions of the security apparatus….very grave examples of negligence….’which appear to be inexplicable unless they were motivated by a desire not to see a positive conclusion to the drama or by a substantial lack of interest in what was happening.’ [Philip Willan, Puppetmasters 230.]

Pecorelli describing the kidnapping of Aldo Moro: “The primary objective is without doubt that of removing the Communist Party from the area of power, just when it is preparing to take the final step into a direct participation in the government of the country. It is a fact that there are people who do not want that to happen.“[235.]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s